Good bye Arenberg !

Hello Smala Cinéma !

Un peu d’histoire …

C’est dans la foulée de Mai 68, précisément en1975, que nait d’un projet collectif l’asbl Cinélibre mélangeant joyeusement cinéma, art et politique. Le groupe a du penser à la pérennité de son projet et à l’invention des vies de chacun. Bonnes et/ou mauvaises décisions, ce n’est pas l’objet.

L’asbl Cinédit s’est assez rapidement constituée en complémentarité du projet de distribution comme « animatrice-programmatrice », « tête chercheuse » du cinéma qui vient. C’est elle qui dès 1981 prit en charge le « projet » Cinéma Arenberg.

La première mort du Cinéma Arenberg …

Poussière infime face aux dures réalités du monde, néanmoins, poussière symbolique de la victoire totale d’une vision unique et aliénante, le Cinéma Arenberg a fermé ses portes en 2011.

Arenberg, Cinémas Nomades …

2012-2015. Situation paradoxale: trente années passées à défendre la salle de cinéma comme passage obligé, et contraints au nomadisme.

Pourtant, l’approche reste la même: l’objet de notre attention porte encore et toujours sur cette frange de la cinématographie, créative et réflexive, dont le statut relève de l’œuvre d’art et non du produit, fusse-t-il culturel !

Nous tentons de rester des diffuseurs, passeurs, illustrateurs, exposants de l’art cinématographique. Autant de définitions qui nous font plaisir. Plaisir que nous voulons partager avec le plus grand nombre. Car nous sommes des adeptes d’un « élitisme positif », celui qui souhaite offrir le meilleur à chacun.

C’est pourquoi, notre travail ne prend son sens qu’à partir d’une série d’activités qui relèvent de l’éducation permanente, d’une démarche socioculturelle volontairement émancipatrice. Cette dimension initiatique et pédagogique est essentielle.

C’est pourquoi nous resterons vigilants, attentifs, prêts à saisir les opportunités pour que se concrétisent ce rêve mais surtout cette nécessité d’équiper Bruxelles d’un Centre culturel cinématographique, seule perspective pour assurer un futur aux mal nommées salles d’art et d’essai.

La deuxième mort …

Trois années consacrées à notre « réinvention » : le cœur de notre activité est devenu la formation, le travail dans les écoles. La programmation nomade, un chemin de croix !

Quand enfin, une opportunité : le POEME 2 (merci Dolores Oscari !) et son équipe nous proposent une « résidence » tous les lundi. 

Alors, abandonnant la nostalgie …

Vive SMALA CINEMA …

Le projet évolue dans la fidélité, plus proche peut-être de ses espoirs fondateurs.

A suivre …